Catégorie : Révolution à emporter

Imaginez un peu… vous ressentez soudainement un besoin de vous cultiver, vous ne pouvez pas mettre un nom sur le tableau qui trotte dans votre tête depuis des jours, vous vouez un culte psychotique à la Vierge au rocher suite à la lecture du Da Vinci Code et voyez des anagrammes partout…
Vous n’avez plus qu’un seul recours, vous rendre au Musée… et là vous êtes accueillis par un bras mécanique robotisé avec un sac poubelle sur le bras la tête qui vous voit et repère vos mouvements…

L’effet souhaité? vous êtes très surpris et trouvez intéressant l’idée qu’en venant dans ce lieu de culture pour voir une expo vous aussi quelque part vous êtes admiré par l’œuvre elle-même (considérant le robot comme une sorte de sculpture…)

cliquez pour le zoom
cliquez pour le zoom

Belle intention mais au final un robot qui me regarde dans les yeux ça va me faire sourire 2 secondes et je passerais vite à la collection exclusive de Modigliani ^^ Alors quel réel intérêt?


D’abord de l’information:

Le projet Double-Taker (Snout) initié par Robot250 est donc un bras robotisé capable d’interagir avec les humains qu’il localise dans son champs de vision.
Mais bien plus qu’un simple détecteur de mouvement il serait capable de déterminer qui entre, qui sort, d’identifier la personne, la prendre en photo bien évidemment etc etc…


Place à l’hypothèse:

Ah … on y voit plus clair… on nous présente le truc comme un gentil compagnon qui vous amusera car il lèvera les yeux à votre passage et vous fera signe… mais en fait il s’agit d’une intelligence élaborée capable d’accumuler des informations sur vous en quelques minutes d’un seul battement de cils robotisés.

En gros nous avons là le prototype fonctionnel de la parfaite machine à ficher les individus!

Les créateurs concèdent cependant qu’il s’agit également d’un système de surveillance… mais on est quand même loin de la pauvre caméra en noir et blanc…

Regardez donc cette vidéo qui nous présente des enfants entrain de saluer la bête au Centre Artistique de Pittsburgh (USA):

Lorsque nous empruntons l’ascenseur émotionnel Wall-E, il n’est pas rare de voir, au fil des escales, notre mémoire s’activer et partir dans des souvenirs rassurants et qui étrangement nous donnent envie de plus de pop-corn, plus de wall-e… plus de Disney.
Certes c’est mignon … c’est touchant… c’est bien fait… mais après ça… laissons les enfants se coucher la tête pleine de rêves et d’espoirs d’un monde plus écolo et sain, car il est temps pour nous d’étudier le côté obscur de la force de cet ersatz d’ E.T.

Notre cher petit Robot se trouve être en effet un sale petit délinquant abuseur de Copyright!
Du moins ça pourrait bien être le cas selon la loi Canadienne « le » Bill C-61 (+ d’infos sur cette loi sur le copyright)…

C’est SFFAudio.com qui recense pour nous les raisins (?) de la colère potentielle des canadiens:
(ce qui suit vient de SFFAudio.com et est traduit par mes soins)