TwitOVision : Qui regarde ARTE ?

Le TwitOVision est une machine toute bête & très ingénieuse qui contient la pensée commune et suinte de l’inconscient collectif afin de nous en rapporter l’essence, l’humeur, une photographie en somme. Elle est aussi peu représentative qu’un sondage de Claire Chazal alors, avec humour, indignez-vous !
-Jacques

Le 19 février dernier ARTE diffusait TOMBOY (2011), et la foule a commentée :

Les génies 😉

L’Humour est leur meilleur allié. Vous ne savez plus si ils déconnent, tellement vous avez entendu de conneries aux JT ces derniers temps. Ces fiers guerriers des temps modernes agissent comme des lumières noires, donc violettes, dans l’obscurité du débat.

Ceux qui aiment quand les gentils gagnent

Ils saisissent le film et, subtilement, en extraient le message pour le faire couler dans les failles de la Nation, la télé c’est que de la télé. Feel good.

Ceux qui ont bien compris le délire

Ben oui dans ce film y’avait aussi la mère et puis la petite sœur ! Où est son César ? Je suis sérieux.
Tous les autres thèmes du film : l’enfance, la famille, la genèse de la vie sociale… sont abordés avec une pertinence qui devrait nous mettre d’accord. On remonte le fil de la moindre angoisse… « et si tel ressenti n’était pas lié au nouveau bébé ? » > « ah mais ils s’entendent extrêmement bien avec sa sœur » > « alors c’est le regard des autres une fois de plus » > Compréhension > Deuil des erreurs passées > Monde qui change en bien > Problème suivant.

Ceux qui pensent à demain et aux autres

Tomboy arte

Ceux qui se tapent un débat après le film

Faites des selfies pendant ce genre de moments, vous savez, c’est très très rare. Interdiction de mettre fin au débat si les plus jeunes veulent comprendre la scène de la pâte à modeler.

Ceux qui font de la pédagogie, il en faut

Je suis pour qu’on rappelle toujours les fondamentaux quand les gens s’emballent sur internet. Laisse le tranquille, il est gentil, c’est ton frère, fais lui un bisou ! Attention aux longueurs cependant. Sur la 5 ils sont comme ça.

Celui qui transcende le film

Notez comme le poisson mort semble faire preuve d’une volonté à toute épreuve quand il SE LAISSE emporter par le courant. Un peu comme si l’auteur de ce haiku nous invitait à envoyer valser l’ordre établi et prendre ce petit verbe pronominal pour un vaillant saut de l’âme. La mort, vivante ici, se meuh en poésie qui emporte le défunt, donc la mauvaise odeur qui s’éloigne, donc le problème se règle… donc ce mec aime le film. Fin.

Tomboy Jeanne
Cette scène est magique, excellente analyse des comportements sociaux.

Les petits malins

🙂


VOD & synopsis sur ARTE

Découvrez aussi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *