dryad.fr

UGC – Zero pourcent de déception ce mois ci!

C’est parti pour un rappel de ces dernières semaines:

Mamma Mia! :

Pourquoi les journalistes s’obstinent à critiquer le scénario de ce genre de film… ils ne sont pas fait pour ça!

J’imagine mal les réals se dirent « On va faire un film profond complexe et qui laissera le spectateur plein de questions existentielles en faisant danser et chanter Meryl Streep sur Money Money Money d’Abba »

SI j’ai raison ce film est génial, sinon désolé les mecs mais cest raté.

On sourit, on veut être sur cette île avec tous ce beau monde, on veut danser on veut être pris d’un soudain élan de talent vocal rigoureusement orchestré et chorégraphié mais toujours inattendu! – mais qui est donc ce mystérieux « On » ?

L’état d’esprit idéal pour voir le film : Après avoir compris que le cinéma n’est pas qu’un puit de science et de philosophie mais parfois un simple divertissement réconfortant et sans prétention!

________________________________________________________________________________

La vie devant ses yeux :

On s’y sent un peu comme dans l’Effet Papillon mais l’avantage ici c’est qu’on peut y croire jusqu’aux explications finales …

Uma Thurman, j’ai toujours adoré sa beauté si hors normes, elle n’a rien d’une Eva Mendes mais elle n’a rien à lui envier! (je parle de sa beauté car je ne crois pas avoir quoi que ce soit à reprocher à son jeu)

Le personnage d’Uma Thurman jeune, Diana, portée par la belle Evan Rachel Wood est époustouflant… elle vient d’où celle-là?  Je ne me souviens pas l’avoir déjà vue mais wouah! Elle vole carrément la vedette à Uma, c’est elle qui porte le film (décidemment tout le monde porte tout le monde…)

Vous apprécierez donc de bonnes actrices dans un bon film, dévoilant une histoire étrange sombre et qui, si comme moi vous avez des problèmes d’humanité, vous fera passer pour un monstre quand vous jugerez pendant plus de la moitié du film qu’elle à préférée sauver sa vie plutot que celle de sa copine (c’est pas du spoiler mais du teasing!)

L’état d’esprit idéal pour voir le film : Bonne soirée DVD entre potes ou en couple, mais vraiment disposé à entrer dans le film!

________________________________________________________________________________

Obscénité et Vertu :

Allez hop j’en fais un de mes films préféré!

On oublie qu’il s’agit d’un film de Madonna, on se prend pas la tête ne faisons pas comme Télérama genre « Ce film nous dépeint le portrait en filigranne de la psychologie de la chanteuse« .

Même si c’est vrai What the F*CK!?  Appréciez le film, pas la star internationale qui est derrière!

Le bien, le mal, le beau, le laid, l’obscénité, la vertu… ça n’est pas nouveau, depuis des années au cinéma on essaie de nous apprendre qu’il faut un équilibre entre ces notions pour que le monde continu de tourner rond… mais jamais le message n’a été aussi bien transmis…

Il se vend pour des parties de jeux sexuel SM, elle est strip-teaseuse et l’autre pique des médicaments dans la pharmacie ou elle travaille, et pourtant à aucun moment on est choqué ou on se dit que ce qu’il font est mal, honteux voire sale… et c’est normal, car le film nous montre qu’il ne sont rien d’autre que des gens normaux avec problèmes et rêves etc etc…

Les jugements hatifs et la peur de l’inconnue vient trop souvent du fait qu’a un moment précis de la rencontre avec autrui on oublie qu’on à été fait dans le même moule.

L’état d’esprit idéal pour voir le film : Etre seul semble plus propice à la remise en question qui suivra automatiquement le film…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *